Les Kerterre, maisons sculptées au cœur de jardins bonifiants

Il y a près d’une trentaine d’années, Evelyne Adam a changé de mode de vie pour se rapprocher de la nature et, au fil des expérimentations pour construire elle-même sa maison en Bretagne, elle a inventé les « Kerterre ». Ce nom est l’association de « ker » (qui signifie « maison » ou « chez » en breton) et de « terre », donc vivre en Kerterre signifie « vivre chez la terre ».

Les Kerterre sont des maisonnettes rondes construites avec des longues fibres de chanvre, trempées dans de la chaux mélangée à du sable. Une fois construites, elles « carbonatent », c’est-à-dire qu’elles se transforment petit à petit en pierre, et deviennent très solides. Il n’y a pas de fondations ni d’armature. On peut aussi sculpter l’intérieur et l’extérieur en laissant libre cours à son imagination !


Faciles à construire, solides, belles, c’est ainsi qu’Evelyne Adam définit les Kerterre, et en plus, dit-elle, elles peuvent être construits par les femmes elles-mêmes. Les Kerterre étant plutôt petits, on peut en construire plusieurs pour les différentes pièces de la maison.


L’une des particularités de cette forme d’habitat, c’est qu’elle s’intègre dans la nature. D’ailleurs, pour Evelyne Adam, le jardin est aussi important que la maison et elle y passe la plus grande partie de la journée. L’idée est de travailler main dans la main avec la nature pour aller vers plus d’abondance.


Reportage pour plonger dans l’univers des Kerterre :

Ce mode de vie attire notamment des personnes qui souhaitent se loger de manière saine et frugale, sans s’endetter, et qui souhaitent vivre en harmonie avec le vivant et favoriser la biodiversité.


Bande annonce d’un film de Nikita Gouëzel (disponible en location sur la plateforme)


Evelyne Adam partage son savoir-faire en organisant des stages et des formations. De plus en plus de personnes s’intéressent à ce mode de vie. Il ne s’agit pas d’un retour à la préhistoire, il y a de l’électricité dans les Kerterre !


Selon Evelyne Adam, c’est une manière d’incarner les valeurs, d’agir pour changer le monde en commençant par changer son propre mode de vie et sa relation au vivant. C’est vivre avec la nature, pas « hors sol » comme nous vivons souvent aujourd’hui.


La simplicité ne signifie pas que l’habitat n’est pas confortable, rappelle Evelyne Adam, et les formes rondes permettent à la Kerterre d’être solide tout en étant belle, en résonance avec la nature environnante.


Comment Evelyne Adam a-t-elle fait pour changer son mode de vie ? C’est d’abord en prenant le temps de s’asseoir en silence et de réfléchir à ses habitudes, car nous les héritons de notre famille et de la société. Elle s’est demandé : quelles habitudes sont bonnes pour moi et au-delà de moi ? En fonction de la réponse, elle a gardé certaines habitudes, et en a changé d’autres. Elle a aussi réfléchi à la manière dont elle dépensait l’argent : quels sont les impacts environnementaux de mes achats et sur la société ? Est-ce que l’essentiel c’est d’avoir beaucoup d’objets ou d’en avoir moins mais qui soient beaux et fabriqués par des personnes qui aiment ce qu’elles font ?


Dans le domaine de l’éco-construction en France, les Kerterre sont un exemple original de ce qu’il est possible de faire en chanvre-chaux ! Ce n’est pas qu’un habitat, c’est aussi des œuvres d’art et une philosophie qui s’incarne dans un mode de vie.






20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout